RAHAB la spacieuse

Bonsoir,

Nous connaissons toutes et tous Francine Carillo, sans le savoir parfois. Francine est celle qui nous émeut le long du sentier contemplatif, ce chemin qui nous guide tout en poésie de La Sage à Villa, et de Villa à La Sage. La boucle est bouclée, mais telle une spirale vertueuse, nous rappelle sans cesse à de nouvelles incursions et excursions au sein de la contemplation.

Francine Carillo est théologienne. Et Francine est une femme qui donne de la voix aux femmes. Avec cette douceur et cette sobriété qui en font la véritable pasteure qu’elle est: une rassembleuse et une gardienne. Elle donne des pistes, elle sème des cailloux, des peintures et des poèmes sur les chemins de nos existences, pour les rendre plus compréhensibles, plus abordables. Si je ne suis plus très religieuse, depuis déjà bien des années, son approche philosophique et théologique de la vie me donne envie de croire encore en la spiritualité, de me replonger dans les textes qui ont fait et font notre civilisation. Pour croire encore un peu en l’humain.

Francine Carillo a écrit un nouvel ouvrage pendant la première vague de la pandémie qui nous agite et nous fige:

RAHAB la spacieuse, aux Editions Ouverture.

Elle l’ajoute à sa petite collection à l’épicerie, avec humilité et discrétion. J’aime beaucoup Francine et je suis heureuse de pouvoir proposer cette nourriture de l’esprit, modeste épicière des mots que j’espère être.

Elle écrit, dans son propos liminaire « Il faut croire que le confinement physique appelle le déconfinement des esprits. Que l’immobilité, pour être supportable, demande à se doubler d’une autre agilité. C’est que les murs aiguisent la curiosité d’en savoir plus, de lorgner au-delà, plus loin, plus avant ».

Rahab est une figure biblique, une femme qui, comme toutes les femmes, sait ce que signifient les murs. Elle choisit son destin, ce qui la fait sortir du cadre, et par là même, entrer dans l’Histoire.

Un ouvrage adressé à toutes les audacieuses, à tous les tumultueux. Bref, aux vivantes et vivants de ce monde qui savent ouvrir leur porte, leur cœur et leur esprit.

Bonne lecture, sous un mélèze,

Votre épicière, Marlène

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :